Il était tard et temps pour moi de quitter mes vieux amis. Je quittais le bar nonchalamment, cette soirée avec eux m'avais redonné goût à la vie. J'étais celui qui avait le moins de chemin à parcourir, ca ma maison se trouvait à l'autre bout de la rue. Sur le chemin du retour, une étrange sensation glaciale m'envahit, mais je ne savais pourquoi. Le vent semblait très agité, le temps avait brusquement changé. A travers les arbres dressés le long de la rue, j'aperçus une masse sombre, et je senti un regard posé sur moi. A ce moment, la peur m'envahit et j'accélérais le pas. J'étais arrivé devant ma porte, je m'apprêtais à tourner la poignée, lorsque la porte se mit à trembler fortement.

Tous ces évènements étrange, bizarres... Je me demandais si ce n'était pas l'alcool qui me jouait un tour. Quelle étrange soirée, hier soir... En me réveillant ce matin, j'étais complètement sobre. Tous les évènements étranges de la veille m'avaient troublé. Je ne savais pas si c'était une hallucination, et je ne le saurais sans doute jamais. Je comptais passer une bonne journée, afin d'oublier un peu tout ça. L'après-midi, je me rendais au cinéma avec une amie que j'avais rencontré, il y a peu de temps. Le courant passait plutôt bien entre nous. Nous étions là pour voir un film d'horreur.

Pendant le film, je pensais malgré moi, au soir dernier, mais je fus soudainement interrompu dans mes pensées. Je revins à la réalité, horrifié. Pourquoi? Car je sentis comme une main glaciale se poser sur mon épaule. Je posais donc ma propre main sur mon épaule, et je poussai un soupir de soulagement. Je compris que j'étais angoissé pour rien. C'était seulement l'écharpe froide d'un petit garçon, qui venait voir le film, tout comme moi. A la fin du film, je quittais précipitamment mon amie pour retourner chez moi. C'en était assez, j'étais fatigué, épuisé et j'avais assez de tous les évènements étrange dont j'étais victime. Je pris la décision de quitter la ville temporairement et d'aller très loin. Je tournais dans l'allée qui conduisait chez moi, lorsque j'aperçus avec horreur, la monstrueuse bête. Elle avait la morphologie d'un grizzly. C'était une bête géante, qui devait faire dix fois ma taille, elle avait de petites oreilles ovales, un museau extrêmement long, des dents pointues qui devaient mesurer neuf centimètres , un regard froid et ces fameux yeux rouges, qui m'avaient observés à travers un buisson. Soudain, son regard se tourna vers moi et je pris l'initiative de m'enfuir, lorsque le monstre se mit à approcher. Je me frottais les yeux et je sentis mes lentilles de contact tomber au sol... Je restais bouche bée, le montre s'était volatilisé et avait laissé place à un minuscule rat des égouts, au même yeux rouges que la bête, mais en beaucoup moins effrayant. Un avion n'allait pas tarder à atterrir, je le voyais dans le ciel. Mon regard se posa sur ma porte d'entrée, qui s'était mise à trembler comme la dernière fois.


Mon voisin Charles était sorti jeter les poubelles, et il me vit, figé face à mon logis.

«  C'est très embêtant, ces avions.. » dit-il, « ils font tremblés la moitié des portes du quartier. »

Son regard se tournais vers le sol, en direction de mes chaussures. « Que vois-je donc? Un rat des égouts... On en voit de plus en plus souvent, il faut le renvoyez d'où il vient » murmura Charles, et moi, je l'écoulais abasourdi. Et enfin, je compris, le monstre que je croyais avoir vu, était en fait un rat, qui me semblait géant, à cause de mes lentilles zoomantes, dont j'avais besoin pour voir, sinon j'étais myope. Tout me semblait clair à présent. 'était les yeux du rat que j'avais vu à travers les buissons. Et ma porte qui tremblait, c'était un avion qui se posait à l'aéroport, tout simplement. Et dire que cette histoire de monstre était en fait fausse...

Deux mois plus tard, ma vie était revenue à la normale. J'avais pris rendez-vous avec mon ophtalmologue en prenant soin de discuter avec lui des évènements passés qui m'avaient longuement troublés. Il m'avait prescrit des gouttes pour les yeux. Selon lui, il était préférable que je ne portes plus de lentilles, pour mon bien psychologique. Et miracle, les gouttes ont eu leur effet, je devenais de moins en moins myope, ce qui me facilitait beaucoup la vie. Non seulement, j'aurais une meilleure vue, mais je ne verrais plus de soi disant monstres.

La nuit noire était tombée sur le quartier. J'étais chez moi et je souhaitais me brosser les dents, mais je n'avais plus de dentifrice. Une boutique qui vendait toute sorte d'articles était ouverte à cette heure-ci, il ne me fallait pas plus de cinq minutes pour m'y rendre. Je sortais donc de chez moi en pensant à la fête que mes amis avaient organisés pour moi. Soudain, un chat sortit d'un buisson en miaulant agressivement. C'était surement une petite guerre entre chien et chat. En quelques minutes, j'étais arrivé à la boutique, et je commandai mon dentifrice (indispensable pour moi). Je sortais de la boutique aussi rapidement que j'étais entré, et je pris le chemin inverse pour retourner dans ma maison. Devant le même buisson où j'avais vu le chat furieux, quelques gouttes de sang étaient percevables. Cela m'intrigua et j'avais envie de savoir pourquoi il y avait du sang. Je pénétrais lentement dans le buisson et malheureusement, je trébuchai. Mon corps entier était plongé dans le buisson, sauf ma tête qui en sortait. Et si j'avais su que j'allais voir ce que je vis, j'aurais prié pour ne pas tomber. Vous vous demandez ce que je vis, alors je vais vous le décrire. Un monstrueuse bête au yeux rouges, ressemblant à un grizzly, ça ne vous dit rien? Et si, il était là, dévorant un humain à vitesse rapide. Du sang coulait sur son museau, c'était juste affreux. Il semblait très énervé. Soudain, il frappa au sol du pied, et la terre se mit à trembler pour la troisième fois. Je m'étais donc trompé deux fois, les tremblements n'était finalement pas du aux avions. Je voulais m'enfuir à présent, mais j'en avais pris l'initiative trop tardivement, car la bête se précipita vers moi, et me dévora, c'était la fin pour moi, adieu...

Jordan 4 A