Galilée/Brecht


Dans le cadre de l'itinéraire de découverte sur la pièce de Bertolt Brecht "La vie de Galilée", les élèves de la classe de 3eB ont suivit durant les mois de septembre et octobre des cours de physique et d'histoire de la physique.

Les thèmes abordés ont "gravité" autour de deux points :
  • L'histoire de la vision du système solaire qu'a eu l'humanité au cours des siècles, de l'antiquité grecque jusqu'à la fin de la renaissance.
  • La révolution copernicienne dont galilée fut le partisan le plus important , par son travail minutieux d'observation du ciel et de démonstration scientifique.
Le but de ces séances était de clarifier ces notions historiques et physiques présentes tout au long de la pièce, de manière à en rendre la lecture plus facile et de mieux en comprendre les enjeux.

Les documents présentés aux élèves sont maintenant disponibles sur le site du collège, en suivant les liens ci-dessous (les références aux pages de la pièce correspondent à l'édition du livre que les élèves ont en cours) :
Une séance d'observation de la Lune au moyen d'une lunette astronomique devrait avoir lieu courant décembre, si les conditions météorologiques s'y prêtent.

Philippe Soler, professeur de sciences physiques.

Le 8 octobre 2010, notre classe, qui est la 3B, s'est rendue à la cité des Sciences pour visiter une exposition nommée "Le grand récit de l'univers".

Lors de cette excursion, nous nous sommes bien amusés car dans cette exposition, il n'y a pas que des textes à lire (ce qui est très ennuyeux), il y a aussi des expériences à faire soi-même et de petits films qui nous expliquent très clairement le sujet dont elle parle.

Donc nous vous conseillons d'y aller : un peu plus de connaissance, ça ne fait pas de mal.

Donia Jomaa et Chabah Hemmaz, 3B

 

La section de l'exposition permanente  de la cité des sciences consacrée à l'astronomie est assez difficile d'accès, d'autant plus qu'elle commence par la géologie et l'analyse de la composition des météorites. Elle s'organise sur deux étages : l'un consacré au système solaire, et à l'univers, l'autre aux théories scientifiques qui permettent de les décrire (théorie classique, relativité, physique quantique).

Les expérienes proposées aux élèves dans la partie "astronomie" sont difficiles, mais les films sont particulièrement bien faits : le premier raconte  l'histoire de la terre, le second décrit le fonctionnement et l'évolution de notre étoile, le soleil ; le troisième, le plus saisissant, propose une théorie globale de la matière et de l'univers.

Les élèves ont été particulièrement actifs dans la section du deuxième étage concernant la théorie classique : d'Aristote à Newton, ils avaient les connaissances nécessaires pour comprendre l'évolution des modèles explicatifs de notre univers. Les expériences étaient aussi plus faciles d'accès, et plus explicites.

Enfin, la visite s'est achevée sur un film des plasticiens suisses Fischly et Weiss, "Der lauf der Dinge" (le cours des choses), qui présente une installation dans laquelle se produit un enchaînement d'événements par micro-catastrophes successives (chute, incendie, inondation). Cette représentation ludique et inquiétante met en évidence les relations de cause à effet.

Une belle après-midi, riche et agréable pour tous.

e. tridant

Quand nous avons appris que le Centre Dramatique de La Courneuve allait mettre en scène, sous la direction de Pierre Hoden, La Vie de Galilée, pièce majeure du dramaturge allemand Bertolt Brecht, et qu'il recherchait des partenaires pour construire un projet à proposer au dispositif "Cultures et Arts au collège" du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, l'association Citoyenneté Jeunesse et moi les avons contactés pour mettre le collège Diderot sur les rangs.

Après plusieurs réunions, nous avons proposé une maquette définitive au Conseil Général, qui a accepté de le financer : 20 heures d'intervention d'un comédien, des visites, des sorties au théâtre, des rencontres avec les professionnels... Un vrai cadeau en quelque sorte.

L'idée directrice est d'aborder intégralement une pièce majeure du répertoire théâtral du XXe siècle, non pas seulement par l'étude littéraire du texte en classe, mais par le jeu théâtral et par l'observation du travail des comédiens qui la mettent en scène. C'est une chose très rare que de pouvoir assister au processus complet de la construction d'un spectacle, des premières répétitions à la création, dans tous ses aspects (jeu, mise en scène, scénographie, lumières, son...).

La problématique de la pièce tourne autour de la question de la vérité scientifique, et des conditions dans lesquelles elle est reçue par une époque. Quand Galilée affirme que Copernic a raison de dire que la terre tourne autour du soleil, et qu'il peut le prouver, il heurte la communauté scientifique de son temps, le pouvoir politique et religieux (l'Eglise catholique contrôle alors toute la production intellectuelle) et même la population. Brecht montre en effet que changer de vision du monde n'est pas plus facile pour un astronome, un Pape, un patron d'Université, un Prince, ou un paysan.

De la même façon, changer de façon d'être au collège, en commençant le cours de français par de la physique et du théâtre n'est pas facile, mais peut se révéler instructif.

Nous espérons, Katell Jadé, chargée de mission à Citoyenneté Jeunesse, Philippe Soler, professeur de sciences physiques et moi-même, que les élèves de 3eB y trouveront matière à apprendre et à réfléchir, un certain contentement aussi à dépasser leurs appréhensions et à aborder des domaines qui leur étaient inconnus.

Emmanuel Tridant, professeur de lettres.